Le cadreur doit s'effacer, ne pas forcer le sujet et le modifier exprès dans son vécu habituel. Il le laisse évoluer librement.

Il travaille seul à la caméra, à la manière du photographe, pour peu déranger le sujet.

En montage de film il s'agit alors d'exprimer du ressenti. Il réalise donc le travail du tournage au montage avec cette attention. Comprenant aussi l'illustration sonore jusqu'au mixage.

La priorité est de capter un peu de l'indéfini et de l'imprévu, de l'atmosphère.

Hors champ.

Regarder tout ce qui entoure le sujet. 

Un détail, un jeu de lumière, un bruit, des contrastes, des matières et des dessins, surprennent ou émeuvent.

Ainsi la prise de vue n'obéit pas à un scénario, on entre dans une atmosphère et c'est elle qui amène les pièces du puzzle pictural. 

Mais on ne sait pas ce que l'on va filmer, ce n'est pas comme dans un roman pré-écrit, qu'on filme ensuite.

C'est une façon d'aborder l'audio-visuel qui ressemble au dessin de paysage, avec un trait non descriptif.

Plus de 70 extraits de films renouvelés fréquemment, réalisés entre 1996 et 2020:​ 

vimeo.com/user87228228
Showcase: https://vimeo.com/showcase/7123369
Travail en photographie, galerie verticale ci-dessous.
Ce n'est pas une galerie de démo, mais plutôt une sorte de bibliothèque de quelques unes de ses images, qu'on peut consulter mieux en plusieurs fois.
 
Plus de 2000 images.
En résolution légèrement réduite.
Photoshop n'est pas utilisé.
  • Twitter Classic
  • Facebook Classic